Un mouvement social de grande envergure paralyse aujourd’hui en partie notre pays avec des contraintes importantes pour nos concitoyens.
Si nous sommes attachés au droit de grève, nous le sommes tout autant au principe constitutionnel de continuité des services publics.

Ce mouvement est révélateur de l’échec de la méthode du Président de la République et de son gouvernement : des discours, des annonces souvent contradictoires et, au final, un projet flou sans ligne directrice qui génère inquiétude et anxiété. Alors qu’une réforme des retraites doit être porteuse d’ambition et de perspectives.

Les Républicains formulent de longue date des PROPOSITIONS fermes et claires :
• Préserver le pouvoir d’achat des retraités : refuser toute hausse des cotisations ou toute baisse des pensions. L’âge de départ devra être progressivement aligné sur la hausse constatée de l’espérance de vie, tout en tenant compte de la pénibilité de certaines carrières ;

• Préserver l’indépendance des caisses de retraites autonomes des organismes qui ont été de bons gestionnaires, et qui ont dégagé des excédents sans faire appel aux contribuables ;
• Mettre fin aux régimes spéciaux et fixer un calendrier de sortie ;

• Aligner les règles public / privé ;

• Garantir les pensions de réversion des veuves et des veufs ;

• Défendre les acquis de la politique familiale concernant les droits familiaux et conjugaux, qui sont des piliers de notre système de retraite

Aujourd’hui, il est temps que le gouvernement prenne l’entière mesure des attentes des Français pour une réforme juste et équilibrée.

Marianne DUBOIS