Le Premier ministre a livré hier les grandes lignes du plan de déconfinement du gouvernement. Un déconfinement très progressif, différencié selon les territoires et susceptible d’être remis en cause en fonction de l’évolution de la propagation du virus.

Sur la forme, si le Premier ministre est venu présenter son plan devant l’Assemblée nationale, je regrette que les députés n’aient pas été associés et n’aient pas disposé du délai nécessaire pour examiner en détail ce plan avant de devoir se prononcer.

Sur le fond, je considère que le retour des enfants à l’école dès le 11 mai, et en particulier des plus jeunes, est une décision prématurée et hasardeuse, qui laisse un lourd fardeau à nos communes et surtout contraire aux préconisations du comité scientifique.

Je regrette qu’aujourd’hui encore aucune perspective de réouverture n’ait été donnée pour nos cafés, restaurants et établissements touristiques ainsi qu’aucune nouvelle mesure pour accompagner ces entreprises au-delà du 11 mai.


Pour ces raisons, je n’ai pas souhaité m’opposer sur le principe du déconfinement, j’ai fait le choix comme la majorité des collègues de mon groupe de m’abstenir sur le plan proposé.