Ce jeudi 6 août, le ministre de l’agriculture et de l’alimentation annonce, par communiqué de presse, un plan de soutien à la filière betterave sucrière pour faire face à la crise du virus de la jaunisse qui dévaste les plantations.
Un plan de soutien qui répond aux multiples interpellations des professionnels et d’élus depuis plusieurs mois et à ma question posée au ministre le 27 juillet dernier au sein de l’Assemblée nationale.

Gageons que ces annonces soient effectivement suivies d’effets et que ce plan n’intervienne pas trop tard pour dissuader les nombreux exploitants décidés à abandonner cette culture.
Quant à l’annonce de « la proposition d’une modification législative cet automne pour permettre explicitement, pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus, le recours à l’article 53 du règlement européen n°1107/2009, comme le font d’autres pays européens confrontés aux mêmes difficultés, pour pouvoir prendre au moment des semis une dérogation de 120 jours pour les semences enrobées, dans des conditions strictement encadrées. », je suggère au ministre de reprendre la proposition de loi que j’ai déposée en novembre 2019 !
Le pragmatisme l’emporte enfin sur l’idéologie pour la filière betterave sucrière mais qu’en est-il des autres cultures qui restent dans une impasse technique ?

Marianne Dubois