Ce 29 octobre, le Premier Ministre Jean Castex présentait au parlement les nouvelles mesures sanitaires, dont le confinement partiel, pour répondre à la deuxième vague de crise sanitaire que nous subissons.

Cette présentation était suivie d’un vote purement formel puisque non contraignant pour le gouvernement.

C’est avec un goût amer que j’aurais pu apporter mon soutien à ces mesures. Comment pouvait-il en être autrement quand la vie de milliers de nos compatriotes est en jeu ?
Un goût amer car si ces mesures semblent indispensables aujourd’hui, avons nous tout fait hier pour les prévenir ? Le gouvernement appelle à l’unité nationale, nous l’appelions également dans la prise en compte des propositions des parlementaires de tous bords pour prévenir cette deuxième vague : il n’en a rien fait comme l’a justement rappelé notre président Damien Abad.
Aujourd’hui je pense à nos milliers d’artisans, commerçants, restaurateurs, hôteliers … de nouveau sacrifiés.

Au moment même ou nous débattions de ces nouvelles dispositions, nous avons appris l’effroyable attentat de Nice. Aussi, avec notre groupe parlementaire, nous avons décidé de ne pas prendre part à ce vote afin de ne pas ajouter des divisions dans notre pays.
Nous le devons aux Français.

Portez-vous bien,

Marianne Dubois