Retrouvez ma réaction dans l’Eclaireur à propos de la désertification médicale qui touche notre territoire.

Je ne désespère pas de faire comprendre au gouvernement que la santé ne peut se résumer à des investissements matériels, l’investissement humain est plus que jamais indispensable. Nous devons former en nombre de nouveaux professionnels. L’avenir sanitaire de notre population en dépend !