Lors des Questions au Gouvernement (QAG) de ce mardi 16 Février, j’ai souhaité relayer le cri d’alarme des professionnels du secteur associatif de l’aide, de l’accompagnement et des soins à domicile, grands oubliés du Ségur de la Santé.

Ces professionnels sont en première ligne, ils se battent chaque jour pour apporter leurs services à notre population la plus fragile. Leur pérennité est menacée alors que les besoins ne cessent de croître.

J’ai demandé au gouvernement les réponses qu’il entendait apporter pour renouer avec l’attractivité d’une profession essentielle. Et ce, sans reporter une nouvelle fois cette charge aux départements.

Ils attendent des actes et non plus des discours !