Mardi 4 Mai après midi, j’ai interrogé le gouvernement suite à la décision de la chaîne France 3 de ne pas honorer son engagement de diffusion d’un film sur les fêtes de Jeanne d’Arc, à Orléans, au motif qu’une des voix off du film serait celle d’une journaliste jugée trop à droite.

Après la tentative de polémique sur la commémoration du bicentenaire de l’empereur Napoléon 1er nous assistons à une nouvelle grave atteinte à notre devoir de mémoire, une censure qui ne dit pas son nom, une insidieuse police de la pensée.

J’ai demandé au gouvernement de faire respecter non seulement la mémoire des femmes et des hommes qui ont fait l’histoire de France mais aussi les valeurs du service public.