Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire et passe sanitaire

Dans la continuité des annonces du Président de la République, nous examinons au pas de course le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, instaurant notamment le pass sanitaire.

Des conditions d’examen déplorables, sur un texte bâclé et malgré l’importance de ses répercussions pour chacun de nous et en particulier sur nos libertés individuelles.

Nous sommes, avec ce texte, à mille lieux des premières déclarations du Président de la République, il y a quelques mois, qui jurait qu’aucune obligation vaccinale ne serait mise en place : « le passe sanitaire ne doit jamais être un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis ». Nous ne sommes malheureusement plus à un reniement près.

Personnellement j’ai toujours été favorable à une obligation vaccinale dans le cadre de certaines activités professionnelles comme elle existait déjà avant cette pandémie pour nombre de professionnels dans des activités très diverses.

Par contre je condamne l’hypocrisie du gouvernement et de sa majorité qui fracturent encore une fois de plus notre société faute d’avoir le courage d’imposer une vaccination obligatoire pour tous.

Je me suis encore opposée à faire de nos commerçants, nos restaurateurs, nos acteurs associatifs et culturels des supplétifs de nos forces de l’ordre.

Ainsi je me suis opposée à l’article 1er qui introduit notamment le pass sanitaire.
2021-07-30T16:19:19+02:00 23 juillet 2021|

Newsletter Juin 2021

Comme chaque mois, retrouvez une partie de mon activité parlementaire.

Pour découvrir ou re-découvrir les événements qui ont rythmé ce mois d’avril, je vous invite à lire la newsletter !

Lien : Juin 2021

2021-07-16T09:57:19+02:00 1 juillet 2021|

Newsletter Juin 2021

Comme chaque mois, retrouvez une partie de mon activité parlementaire.

Pour découvrir ou re-découvrir les événements qui ont rythmé ce mois d’avril, je vous invite à lire la newsletter !

Lien : Juin 2021

2021-07-16T09:58:34+02:00 1 juillet 2021|

Projet de loi relatif à la bioéthique

Après près de deux années d’examen du projet de loi relatif à la bioéthique, le gouvernement et sa majorité n’auront consenti aucune évolution du texte malgré le travail accompli tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat.

Ma position est donc restée identique et je me suis opposée à ce projet de loi.
2021-07-03T14:00:31+02:00 29 juin 2021|

Un service national universel dans l’impasse

Alors que le gouvernement communique à tout va sur l’édition 2021 du service national universel, les voix ne cessent de s’exprimer sur le leurre de ce dispositif face aux défis auxquels notre jeunesse est confrontée.

Ainsi je constate que l’institut Thomas More reprend nos propres conclusions auxquelles nous étions parvenues au sein de la commission de la Défense nationale avec notamment le parcours citoyens dès le collège.

Le gouvernement et sa majorité finiront-ils pas prendre conscience de l’impasse dans laquelle ils se sont engagés ?

Lien article Figaro : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/le-snu-n-est-pas-une-reponse-a-la-hauteur-des-defis-auxquels-la-jeunesse-francaise-est-confrontee-20210621?fbclid=IwAR1gtqWV_3Ib4nEb7m1-722vtB7GpEVxozT4Od0FpTPkuBOlCJHIl0xYMZE

2021-06-22T22:13:53+02:00 22 juin 2021|

Soutien à nos forces de l’ordre

En séance de travail avec la commission de la défense de l’Assemblée nationale, je n’ai pu participer au rassemblement organisé par nos forces de l’ordre mardi 19 Mai.
Ils savent cependant compter sur mon soutien sans faille aujourd’hui comme demain.
2021-05-20T16:43:20+02:00 19 mai 2021|

Intervention à la tribune de l’Assemblée nationale dans le débat sur la loi de programmation militaire (LPM)

Le 6 mai je suis intervenue dans le débat sur la loi de programmation militaire (LPM) et ses conséquences pour l’indépendance de la France.

La LPM est un cadre prospectif qui permet de fixer un cap, de mobiliser nos forces armées et nos forces économiques sur un schéma au temps long.

Le monde est en perpétuel mouvement, avec des crises sanitaires, économiques, des théâtres de conflits également en perpétuel évolution. Il est nécéssaire que la France puisse garantir son indépendance en ayant la capacité d’anticiper ces crises et à y répondre dans l‘urgence. Aussi, avoir la capacité d’accompagner les acteurs de la défense dont les acteurs économiques lorsque le développement de technique l’impose.

En 2016, auprès du ministère de la Défense et de l’Economie, j’avais alerté sur la décolonisation de la production des principes actifs. Sans aucune suite avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui dans la lutte contre la pandémie et la tentative de rattrapage avec des millions d’euros injectés avec le plan de relance.

Concernant la lutte anti-drone, nous avons en France, et plus précisément dans le Loiret, un fleuron national de la technologie du laser avec La Compagnie industrielle des lasers (Cilas). Elle a démontré devant la Direction générale de l’Armement (DGM) et l’Agence de l’Innovation de Défense (AID), au Centre d’essai de Biscarosse, l’opérabilité de son système anti drone.

Aujourd’hui nous sommes à la pointe de cette technologie, mais qu’en sera-t-il demain si l’investissement nécessaire pour passer à l’étape supérieure de production n’est pas engagée ? La décision est à prendre aujourd’hui si nous voulons rester dans la course.

Face à un un monde en mouvement, il est primordial d’avoir des institutions organisées pour être réactives. C’est aussi à cette condition que l’indépendance de la France pourra être sauvegardée.

Vidéo de mon intervention: https://youtu.be/d2bpA5W1BGI
2021-06-02T15:30:45+02:00 7 mai 2021|

QAG : Censure du documentaire de France 3 sur les fêtes de Jeanne d’Arc

Mardi 4 Mai après midi, j’ai interrogé le gouvernement suite à la décision de la chaîne France 3 de ne pas honorer son engagement de diffusion d’un film sur les fêtes de Jeanne d’Arc, à Orléans, au motif qu’une des voix off du film serait celle d’une journaliste jugée trop à droite.

Après la tentative de polémique sur la commémoration du bicentenaire de l’empereur Napoléon 1er nous assistons à une nouvelle grave atteinte à notre devoir de mémoire, une censure qui ne dit pas son nom, une insidieuse police de la pensée.

J’ai demandé au gouvernement de faire respecter non seulement la mémoire des femmes et des hommes qui ont fait l’histoire de France mais aussi les valeurs du service public.

2021-05-05T11:05:23+02:00 4 mai 2021|
Aller en haut