Presse : Premier bilan du Service national universel (SNU)

La livraison de la première étude sur l’esquisse du Service national universel (SNU) montre un taux de satisfaction important. Un taux à relativiser comme je l’indique au Huffignton Post et le signalais en commission de la Défense de l’Assemblée nationale.

Une question reste également en suspens, malgré nos multiples interrogations au secrétaire d’État : comment imposer des jours en internat à des mineurs encore sous l’autorité parentale ?

Lien article Huffignton Post : https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-volontaires-du-snu-sont-satisfaits-a-94-lopposition-relativise-ce-chiffre_fr_5dc7e263e4b02bf579415a39?utm_hp_ref=fr-homepage

2019-11-12T12:14:23+01:00 12 novembre 2019|

Le Parisien : «Réduire les budgets des chambres d’agriculture serait une grave erreur»

 

Avec 185 collègues parlementaires et présidents de département, nous dénonçons la coupe budgétaire sans précédent décidée par le gouvernement. Une décision que nous jugeons inutile, inopérante et incohérente à l’heure où les enjeux agricoles sont si primordiaux !

Lien : http://www.leparisien.fr/economie/reduire-les-budgets-des-chambres-d-agriculture-serait-une-grave-erreur-20-10-2019-8176440.php

2019-10-21T11:33:42+02:00 21 octobre 2019|

Loi Bioéthique : Communiqué de presse

Avec ce nouveau texte, le parlement poursuit le cycle de révision des lois relatives à la bioéthique, justifié par l’importance des questions suscitées par l’évolution des connaissances scientifiques et des pratiques sociales.
Avec ces évolutions, le contexte change également avec une « pression » croissante sur le droit français tant par l’internationalisation du sujet et de ses pratiques que par le poids grandissant des demandes sociétales et l’évolution du périmètre de la personne.
Dans de nombreux domaines (expérimentations sur l’homme, greffes et utilisation des parties du corps humain, procréation, intervention sur le patrimoine génétique,etc..), il s’agit de s’interroger sur la question suivante : l’ensemble de ce qui est techniquement possible, est-il humainement et raisonnablement souhaitable ?
Dans sa conception, ce projet de loi s’articule autour de 7 grands titres et autant de sujets (Aide Médicale à la Procréation / PMA, don d’éléments et produits du corps humain, diffusion des informations génétiques, recherches sur embryon, cellules souches et médecine génomique, Encadrement et gouvernance de la bioéthique) qui auraient mérité un examen individualisé.
Le traitement politique, et surtout médiatique, focalisé sur la PMA a malheureusement passé au second plan des sujets tout aussi importants pour l’avenir de notre société. Je déplore que le positionnement des députés soit lui-même observé et commenté sur le seul sujet de la PMA.
Je regrette encore que les débats n’aient pas accordé plus de place à l’intérêt des enfants. En effet le droit de l’enfant doit l’emporter sur le désir d’enfant.

Comme cela a été rappelé lors des explications de vote : « chacun a sa part de vérité, chacun à sa part de doute ».

Pour l’ensemble de ces raisons, je me suis exprimée contre ce texte.
Marianne Dubois
Députée Les RépublicainsLien : 2019 10 Communiqué PJL Bioétique

2019-10-16T11:30:10+02:00 16 octobre 2019|

Question au gouvernement sur l’accès à la scolarité des jeunes sourds

Dans le cadre des questions au gouvernement du 15 mai, Marianne Dubois a interrogé le gouvernement sur l’accessibilité des jeunes sourds à la scolarité.

 

« La loi du 11 février 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » reconnaît la langue des signes française comme une langue à part entière. Or loi confirme la possibilité d’opter pour

une communication et un parcours scolaire bilingue et reconnaît la LSF comme une langue officielle française. Elle institue, pour tout jeune handicapé, un droit à un parcours de formation.

La circulaire 2017-011 met en place et décrit les différents parcours au sein du pôle d’enseignement pour jeunes sourds (PEJS), en lieu et place des anciens Pass.

Un nouveau sigle et une nouvelle circulaire, pour rien.

En effet le développement des PEJS LSF est quasi inexistant en France. Seules 3 régions répondent aux exigences alors qu’il devrait y avoir un PEJS dans chaque académie. Seules 2 de ces régions proposent une filière complète, de la maternelle au lycée et donc une continuité du parcours scolaire en LSF pour les élèves sourds signeurs.

A cela s’ajoute qu’il n’existe toujours pas de parcours PEJS LSF dans la filière professionnelle.

Malgré ces textes, les déclarations et promesses, l’égalité d’accès de nos enfants sourds à la scolarité n’est toujours pas respectée. Au contraire, comme le dénoncent les associations et fédérations récemment, la situation ne cesse de se dégrader.

Ainsi, faute de mettre en place les moyens adaptées, tout est fait aujourd’hui pour orienter les enfants sourds vers des structures médico-sociales. La politique d’école inclusive tant vantée par les gouvernements successifs n’est toujours qu’un mirage pour les élèves sourds ayant choisi la LSF.

Pour l’année scolaire 2017/2018 seuls 245 enfants peuvent, dans notre pays, suivre une scolarisation complète de la maternelle au lycée en LSF.

En 2018, la possibilité de mettre en oeuvre le droit à un parcours scolaire en LSF dépend du hasard, hasard du lieu de vie, car la disparité régionale est énorme, ou hasard des rencontres pour l’information au sujet des classes existantes.

Il est également urgent que l’Education Nationale organise des formations à destination de ses personnels (inspection académique, inspecteur ASH, enseignant référent).

Le libre choix des parents en matière d’éducation des enfants Sourds notamment en langue des signes française est constamment bafoué, comme le montre le cas de la Seine-Saint-Denis où les parents doivent saisir les médias pour obtenir une écoute. Ce ne sont pas les lois qui manquent, c’est la volonté politique de les appliquer.

Ainsi, Monsieur le Ministre, face à ce sombre constat, quelles dispositions effectives compte mettre en oeuvre votre gouvernement ?

2018-08-02T17:46:42+02:00 16 mai 2018|

Marianne Dubois revient sur le parcours mouvementé de la mission d’information sur le service national universel

2018-02-14T16:30:38+01:00 14 février 2018|

Exclusif : ce que dit le rapport de Marianne Dubois sur le service national universel

Marianne Dubois a co-écrit un rapport parlementaire sur le service national universel. © Pithiviers AGENCE

Ce mardi matin, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a affirmé que le service national universel sera obligatoire. L’annonce intervient quelques jours avant la publication du rapport parlementaire co-écrit par la député de la cinquième circonscription du Loiret, Marianne Dubois. La Rep’ vous en livre, en exclusivité, le contenu.

>> Lire l’article

2018-02-14T16:15:22+01:00 14 février 2018|